Comment survivre à un festival de Bachata ? 1

Comment survivre à un festival de Bachata ?

En voilà une drôle de question !

La danse, ce n’est que du plaisir, n’est-ce pas ? Oui, bien entendu, c’est le but recherché. Et si c’est ton premier festival, tu auras peut-être envie de rentabiliser ton pass à 100%, de suivre l’intégralité des cours et des soirées ; mais si tu es humain et que, comme moi, tu n’as pas de corps de rechange, être un peu prévoyant te permettra d’en profiter jusqu’à la dernière goutte… de sueur.

Un festival, c’est comme un marathon

C’est un peu moins physique sur le moment, mais ça dure beaucoup plus longtemps. Imagine suivre 8 heures de cours dans la même journée, danser jusqu’au petit matin, et recommencer quelques heures plus tard : il y a moyen que ça pique un peu, non ? 😂

D’où mon premier conseil :

Il te faudra faire des choix…

… ou ton corps s’en chargera pour toi. 😉 Ce serait dommage d’être à terre dès le premier jour et de ne pas pouvoir profiter des cours du dimanche après-midi !

1. Team du matin ou team du soir ?

Première question à te poser : préfères-tu profiter plus des des cours ou des soirées ? Et pourquoi pas les deux, me demanderas-tu ?

Pour ma part, j’aime aller à un festival pour suivre un maximum de cours… ce qui implique, à mon grand regret, de ne pas pouvoir rester trop tard aux soirées. Car suivre de nombreuses heures de cours dans la même journée, c’est déjà éprouvant ; mais avec moins de 4 heures de sommeil, deux jours d’affilée, ça pique !
A chaque soirée de festival, je croise des danseurs pleins d’optimisme qui me demandent, les yeux écarquillés : “Tu rentres déjà ? Allez, à demain matin !”. Ah la jeunesse… Je les retrouve en général beaucoup moins optimistes dès le lendemain, et le dimanche matin… mais où sont-ils ? 😂

Pour la team du soir, prendre son pied en festival signifie plutôt danser jusqu’au bout de la nuit avec des danseurs qu’ils n’ont pas l’habitude de côtoyer habituellement : entre tous ceux qui viennent de la région, voire plus loin, et les profs, cela fait de nombreuses occasions de bien s’éclater ! 

Bref, les deux choix se valent ! L’avantage d’un festival, c’est qu’il y en a pour tout le monde. Personnellement, il ne me paraît pas humainement possible d’être à la fois du soir et du matin sur toute la durée du festival… mais il ne tient qu’à toi d’expérimenter ce qui marche le mieux pour toi !

2. Quels cours suivre en priorité ?

Ça y est, tu est fin prêt : tu as dormi 10 heures par nuit toute la semaine, tu as fait une cure de magnésium, tu es gonflé au Guronsan et tu es rentré tôt hier soir. Tu n’auras pas pris un full pass pour rien : c’est parti pour s’enfiler tous les cours !

Petit flashback : dans ta vie de danseur, tu as probablement déjà suivi 2-3 heures de cours de danse d’affilée ; ça se fait, c’est sympa, mais c’est déjà un peu fatigant, n’est-ce pas ? Alors, si tu es assidu sur tout le programme du festival, tu peux déjà multiplier ça par 3. Et sachant qu’il n’y a quasiment pas de pause, tout juste de quoi manger (oublie la sieste, tu n’as pas le temps non pus), tu risques d’avoir rapidement besoin d’un palan pour te maintenir debout !

Et je parle en connaissance de cause : dans mes premiers festivals, j’étais moi aussi jeune et fougueux, et je ne voulais pas rater un seul cours (ce qui est, avouons-le, un peu plus difficile dans les festivals qui ont 3 salles en parallèle). 😅 J’étais généralement exténué dès le samedi après-midi, bien rouillé le dimanche matin et à terre le dimanche après-midi… Non seulement fatigué mais également irritable : dans cet état, il est déjà difficile d’apprendre quelque chose, mais il est encore plus difficile de prendre avec légèreté les remarques de certains partenaires de danse… qui ne sont souvent pas plus reposés ni patients que nous !

D’où la stratégie que j’ai développée au fil du temps : choisir à l’avance les cours que je voudrai absolument suivre. Par exemple, si tu veux à tout prix suivre les cours de 15h à 17h et que le cours de 14h t’intéresse moins, c’est peut-être l’occasion de prendre une pause plus longue ?

Pour faire un choix, tu peux sélectionner les critères qui t’intéressent : le style de danse, le niveau des différents cours… Mais également les professeurs, car chaque couple a bien évidemment un style différent, qui te parle plus ou moins : une petite recherche sur Youtube peut t’aider à y voir plus clair.

Tu rechargeras tes batteries au fur et à mesure

Un cours de danse, c’est physique, on est bien d’accord là-dessus. Mais ce que l’on peut facilement oublier, c’est que notre corps brûle beaucoup de calories… et a donc besoin de se recharger pour tenir sur la durée !

Personnellement, je n’y faisais pas attention lors de mes premiers festivals, sans réaliser que cela participait encore plus à ma fatigue physique. Aujourd’hui, pour chaque journée de festival, je prévois désormais un bon kit de survie : bouteille d’eau, jus de fruits, barres de céréales, compotes… et je n’hésite pas à taper dedans entre chaque cours. Ainsi rechargé, tu garderas beaucoup plus d’énergie pour danser, assimiler les cours et rester de bonne humeur !

Tu prendras soin de ton corps

Quel que soit ton âge, à moins peut-être d’être déjà un sportif de haut niveau, ton corps te rappellera sans doute ses limites à un moment ou un autre. Qu’à cela ne tienne, tu es venu pour en baver ! Ou pas. 😅

Avoir mal au dos, aux pieds, aux bras, ou simplement avoir des crampes pendant une activité physique, ce n’est pas nécessairement inquiétant, mais si on peut l’éviter c’est quand même plus confortable !

Ma stratégie, outre de boire beaucoup comme je te disais ci-dessus, est aussi de faire des étirements à chaque fois que le besoin s’en fait sentir, voire avant, quand on sait qu’une partie du corps est plus sensible, comme le dos. Pas trop forts (les muscles n’aiment pas beaucoup les étirements à chaud), mais fréquents, ils permettent de repartir du bon pied.

As-tu souvent mal aux pieds ? Cela m’arrivait très fréquemment avant d’avoir des semelles orthopédiques adaptées. La solution ? Une balle de tennis pour se masser les pieds, cela les détend beaucoup.

Prévoir des chaussures plates peut aussi s’avérer salvateur…

Quoi qu’il en soit, tu connais ton corps mieux que quiconque, et tu sais probablement déjà comment il réagit après quelques heures de danse. Alors, mieux vaut prévenir que guérir !

Tu seras bienveillant envers toi-même

Après avoir enchaîné des dizaines d’heures de cours de tous les styles et de tous les niveaux, cela ne fait aucun doute : tu seras devenu le roi de la piste, tes pieds s’envoleront d’eux-mêmes et tes bras seront comme possédés par une puissance magique, qui t’étonnera toi-même !

Ou pas.

J’ai mis longtemps à l’accepter, mais ce que j’apprends en cours sur une journée de festival ne revient quasiment jamais s’insérer naturellement dans mes danses lors de la soirée. Moi qui pensais subitement être devenu la réincarnation de John Travolta, voilà qu’en fait je n’aurais rien retenu de la journée ? Oh la frustration !

Parce qu’on en bave souvent pas mal pendant les cours (c’est un peu le but après tout), parce que chaque nouveau cours vient immédiatement effacer l’enchaînement que l’on vient d’apprendre au précédent, parce que la fatigue bride un peu la créativité, tu seras peut-être confronté à cette même difficulté.

Alors, tu me diras, à quoi bon avoir dépensé autant d’énergie pour suivre tous ces cours ? Rassure-toi, ce ne sera absolument pas en vain.

Première constatation : certes, tu auras peut-être l’impression d’avoir oublié tout ce que tu as appris sur le moment, mais cela te reviendra très vite dès que tu réviseras les vidéos des cours – à faire de préférence assez rapidement après le festival. Il faudra sans doute de nombreuses répétitions avant que cela devienne parfaitement naturel, mais c’est un processus que tu connais déjà bien. Et le plus important n’est-il pas d’avoir appris de nouvelles choses, à défaut d’avoir tout retenu ?

Deuxième constatation : même si tu ne prends pas le temps de réviser tes cours après le festival (tu connais personnellement un champion dans ce domaine) 😉 et que tu as l’impression d’avoir définitivement tout oublié quelques semaines plus tard, ce n’est pas non plus une fatalité : il arrive fréquemment, au gré des cours et festivals, de retomber sur les mêmes mouvements. Qu’est-ce que cela implique ? Tout simplement que la prochaine fois que tu retomberas sur le même mouvement, il te semblera beaucoup plus facile, et tu pourras le mémoriser plus facilement !

C’est d’ailleurs également valable pour les cours où tu auras eu l’impression de vraiment galérer, au point d’avoir des difficultés à les réviser chez toi. Tu croiras peut-être n’avoir rien appris mais ton corps, lui, n’est pas dupe, et il saura te le rappeler en temps voulu !

Conclusion ?

Rien ne sert de t’en vouloir si tu as l’impression de ne pas avoir autant “rentabilisé” le festival que tu l’aurais souhaité. Tout ce que tu auras appris, consciemment ou non, te resservira un jour ou l’autre. Tout vient à point qui sait attendre. En attendant, sois ton meilleur ami : bienveillance est le maître mot !

Tu seras indulgent envers tes partenaires de cours

C’est un conseil que j’aimerais pouvoir redonner à chaque cours, mais il est d’autant plus valable en festival ; car avec un niveau de cours souvent élevé et une fatigue omniprésente, les sensibilités y sont souvent à fleur de peau.

Quant tes partenaires galéreront à effectuer un enchaînement qui te semble facile, tu seras peut-être tenté de les “aider”, de les corriger. Quand tu seras toi-même en difficulté, tu auras peut-être parfois l’impression que ce sont eux qui n’y mettent pas du leur, et tu seras tenté de les en blâmer.

STOP !

N’oublie pas une chose essentielle : chacun sa route, chacun son chemin. Passe le message à ton voisin, partage, commente et like !
Humm, bref. Garde en mémoire que chaque personne a un niveau, des objectifs et une manière d’apprendre différents. Certains aiment peut-être être conseillés, d’autres préfèrent au contraire s’en sortir seuls ; certains veulent maîtriser tous les cours à la perfection, d’autres sont là seulement par curiosité ou pour le challenge ; mais dans l’ensemble, une critique non demandée est en général mal venue. Pour certains, ce peut carrément être vexant, du style : “je vois bien que je galère, je n’ai pas besoin que tu m’en rajoutes une couche !”.

Bien sûr, tu pourras aider en toute honnêteté ceux qui te demandent ton avis, mais toujours avec bienveillance. Mais parfois, mieux vaut rester concentré sur sa partie et laisser ses partenaires progresser à leur rythme.
Pour les garçons, cela peut vouloir dire de tenter quand même d’effectuer son enchaînement, même quand on sait très bien qu’il ne marchera pas avec cette partenaire – ou au contraire, de ralentir pour lui laisser le temps d’assimiler.
Pour les filles, laisser son partenaire se rappeler l’enchaînement à son rythme et à sa manière, en restant à l’écoute de ses sensations, vaut beaucoup mieux que de courir devant en étant déconnectée du guidage : mémoriser mécaniquement une figure, au lieu de ressentir comment elle est guidée, ne sera absolument d’aucune utilité en soirée !

D’ailleurs, il peut arriver que tes partenaires aient besoin d’écouter les nouvelles explications des professeurs, tandis que tu aimerais être en train de refaire ce que tu viens d’apprendre. Dans cette situation, je trouve qu’il est plus efficace et agréable de se déconnecter et de réviser en solo de son côté, juste le temps d’une minute, pour mieux se retrouver ensuite !

Tu prendras un pied de ouf

Ce sera mon dernier conseil, mais tu ne m’auras évidemment pas attendu pour le savoir : tu seras là pour passer un super moment ! Quelles que soient tes attentes, que tu veuilles repartir avec un maximum de connaissances techniques, que tu veuilles danser jusqu’au bout de la nuit ou que tu viennes juste parce que tu as vu de la lumière, je gage que tu trouveras au festival ce que tu recherches.

Un festival, c’est un événement hors du commun qui peut marquer un tournant dans ta vie de danseur. Attention, cela peut vite devenir addictif ! 😄

Et toi, quelles sont tes stratégies pour vivre un festival à 100% ? Je serais curieux de le savoir, n’hésite pas à me le dire en commentaire !